L'exposition Oscar Wilde dévergonde le Petit Palais

L'exposition Oscar Wilde dévergonde le Petit Palais

publié le 26 juin 2017 dans Expositions & Musées

Du 28 septembre 2016 au 15 janvier 2017, le Petit Palais rend hommage à Oscar Wilde, célèbre écrivain irlandais mais fervent parisien de coeur. Le nom de cet esthète, passé maître en provocations et mots d'esprit, fut souvent associé à une image sulfureuse. Qu'importe ! Car Wilde fut à l'origine d'oeuvres aujourd'hui immensément célèbres comme "L'importance d'être constant" ou le "Portrait de Dorian Gray". C'est la première fois qu'une expo en France célèbre cet "impertinent absolu" parfait francophone et ardent francophile qui mourut à Paris dans la misère et repose depuis au Père Lachaise.

Un amoureux de la France

Grand écrivain irlandais d'expression anglaise personnage dandy décadent dans l'Angleterre puritaine de l'époque victorienne, Oscar Wilde méritait bien un hommage d'envergure à hauteur de l'attrait qu'il connut pour la France. Ainsi en témoignent ses nombreux séjours parisiens effectués entre 1883 et 1890 et sa mort en France après avoir été condamné à Londres pour homosexualité. Cet ami d'André Gide, de Henri de Régnier, de Pierre Louys, cet homme qui fréquenta Verlaine, Mallarmé, Victor Hugo et écrivit en un pur et irréprochable français Salomé, une pièce de théâtre dont il destinait le premier rôle à Sarah Bernhardt, méritait bien une telle reconnaissance.

Une rétrospective passionnante, première du genre

On découvre l'écrivain, sa vie, son oeuvre au gré de portraits de l'homme de lettres, de manuscrits, d'éditions rares, d'extraits de films et de nombreux tableaux préraphaélites qu'en tant que critique d'art il ne manqua pas de commenter lors des expositions à la Grosvenor Gallery de Londres en 1877 et 1879. A cela s'ajoute des interviews de Merlin Holland, petit-fils de l'écrivain, d'enregistrements de textes narrés par Rupert Everett, acteur britannique et d'une intervention de Robert Badinter auteur de C.3.3., une pièce portant sur l'incarcération de Wilde.

 

Retour aux articles